Faire peau neuve : Une façon de prendre exemple sur la nature avec ses multiples ressources

Le homard. Célèbre pour le goût de sa chair, le homard est un crustacé doté d’une étrange particularité. Si le plus vieux répertorié n’était âgé « que » de 65 ans, les scientifiques pensent que le homard pourrait ne pas vieillir.

https://www.science-et-vie.com/questions-reponses/pourquoi-dit-on-que-le-homard-est-immortel-51301

Homard bleu
Deux d’entre elles sont commercialisées: le homard américain (aussi appelé homard canadien), de couleur orangée, et le homard européen (aussi appelé homard breton), lui-aussi de couleur orangée mais avec des reflets bleus sur sa carapace. …1

Le renouvellement de sa carapace lui confère une extrême longévité.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Homard

Biologie[modifier | modifier le code]

 

Larve de Homarus gammarus

 

Observation des pinces d’Homarus gammarus; À gauche: une pince pour couper, et à droite: une pince pour broyer

Une femelle pond jusqu’à 100 000 œufs au cours de sa vie (jusqu’à une cinquantaine d’années pour les spécimens les plus âgés, rarement trouvés), en plusieurs portées, qu’elle « couve » plusieurs mois sous son abdomen avant leur éclosion. Mais de nombreuses femelles sont pêchées jeunes (en moyenne, elles n’ont vécu qu’un dixième de leur espérance maximale de vie) c’est-à-dire alors qu’elles ne pondent pas encore beaucoup d’œufs et qu’elles se sont peu reproduites.

La larve, minuscule (quelques mm), mène une vie planctonique au début de son existence, où elle est la proie de nombreux animaux marins, puis elle subit une mue de métamorphose et se pose sur le fond (vie benthique). Le homard juvénile subit une vingtaine de mues de croissance avant d’atteindre l’âge adulte, vers l’âge de quatre ou cinq ans. Même adulte, le homard continue de muer et de grandir régulièrement.

Après avoir atteint la maturité sexuelle, le homard, comme la plupart des crustacés, continue de muer régulièrement, en général une fois par an ou tous les deux ans, voire plus pour les plus gros. Il peut mesurer 50 cm et peser 4 kg, en atteignant souvent une quarantaine d’années. Le plus gros homard jamais mesuré a été capturé en Nouvelle-Écosse (Canada) en 1977 et pesait près de 20 kg pour une taille comprise entre 90 et 120 cm1. Au cours de sa vie, le homard présente peu de signes de vieillissement : un vieux homard reste aussi vigoureux qu’un jeune homard et il continue de se reproduire tout au long de son existence. Une partie de l’explication réside dans une enzyme appelée la télomérase : elle maintient les télomères de chacun des chromosomes compris dans la totalité des cellules de son organisme. Ainsi entretenus, les télomères ne s’usent pas d’une division cellulaire à une autre : cela explique en partie comment le homard peut croître tout au long de sa vie sans présenter de signes de vieillissement2.

Cela ne signifie pas que les homards sont immortels. Au bout d’un moment, le homard est trop gros pour continuer à grandir : il n’a plus l’énergie nécessaire pour entamer une nouvelle mue. L’usure de la carapace et les maladies qui y sont liées ont alors raison de lui1. Le homard européen peut atteindre l’âge de 50 ans3.

Biologie[modifier | modifier le code]

 

Larve de Homarus gammarus

 

Observation des pinces d’Homarus gammarus; À gauche: une pince pour couper, et à droite: une pince pour broyer

Une femelle pond jusqu’à 100 000 œufs au cours de sa vie (jusqu’à une cinquantaine d’années pour les spécimens les plus âgés, rarement trouvés), en plusieurs portées, qu’elle « couve » plusieurs mois sous son abdomen avant leur éclosion. Mais de nombreuses femelles sont pêchées jeunes (en moyenne, elles n’ont vécu qu’un dixième de leur espérance maximale de vie) c’est-à-dire alors qu’elles ne pondent pas encore beaucoup d’œufs et qu’elles se sont peu reproduites.

La larve, minuscule (quelques mm), mène une vie planctonique au début de son existence, où elle est la proie de nombreux animaux marins, puis elle subit une mue de métamorphose et se pose sur le fond (vie benthique). Le homard juvénile subit une vingtaine de mues de croissance avant d’atteindre l’âge adulte, vers l’âge de quatre ou cinq ans. Même adulte, le homard continue de muer et de grandir régulièrement.

Après avoir atteint la maturité sexuelle, le homard, comme la plupart des crustacés, continue de muer régulièrement, en général une fois par an ou tous les deux ans, voire plus pour les plus gros. Il peut mesurer 50 cm et peser 4 kg, en atteignant souvent une quarantaine d’années. Le plus gros homard jamais mesuré a été capturé en Nouvelle-Écosse (Canada) en 1977 et pesait près de 20 kg pour une taille comprise entre 90 et 120 cm1. Au cours de sa vie, le homard présente peu de signes de vieillissement : un vieux homard reste aussi vigoureux qu’un jeune homard et il continue de se reproduire tout au long de son existence. Une partie de l’explication réside dans une enzyme appelée la télomérase : elle maintient les télomères de chacun des chromosomes compris dans la totalité des cellules de son organisme. Ainsi entretenus, les télomères ne s’usent pas d’une division cellulaire à une autre : cela explique en partie comment le homard peut croître tout au long de sa vie sans présenter de signes de vieillissement2.

Cela ne signifie pas que les homards sont immortels. Au bout d’un moment, le homard est trop gros pour continuer à grandir : il n’a plus l’énergie nécessaire pour entamer une nouvelle mue. L’usure de la carapace et les maladies qui y sont liées ont alors raison de lui1. Le homard européen peut atteindre l’âge de 50 ans3.

Une explication est transmise par le philosophe Fabrice Midal dans son dernier ouvrage