Le Mans – Le couvent de la Visitation – inauguration officielle des commerces du parvis C’est ouvert

Ce coeur de ville est ouvert à la visite.

copyright AGW
Bâtiment à travers l’histoire, Couvent, Palais de Justice, Maison d’arrêt, et bien une réhabilitation des âmes de ce patrimoine du XVIIIes, et cette façade de l’église corinthienne, pour devenir Espace commercial, d’art et d’habitation.
Occupé pendant plusieurs décennies par le tribunal et la prison, le couvent de la visitation va connaître une nouvelle jeunesse en devenant un hôtel 4 étoiles.
Des logements haut de gamme prendront la place de l’ancienne prison des femmes et de l’hôtel Leprince, ancien hôtel particulier attenant.

Un restaurant, des boutiques et une salle de spectacle « Chorus » abritera l’Europa Jazz Festival au jazz complètera l’ensemble.
D’ici fin 2019, après un projet décennal et des travaux non terminés, de 5 ans, l’extension de réhabilitation de la prison de femmes, on peut y voir là un réel symbole puisque on pourrait y découvrir un centre d’art (FIAA) . Une volonté de rétablir l’Ordre par le retour au coeur du Mans et des commerces dans un espace protégé.
pour l’inauguration officielle la musique classique était à l’honneur.

Grâce à l’édit de Nantes en 1598 et à la réforme de l’église catholique, qui mettent fin aux guerres de religions,de nouveaux ordres religieux réévangélise la société.
Pour se faire il est fondé en 1634 « l’ordre de la Visitation » au Mans, monastère créé par la comtesse de la Ferrière, de la famille de Tessé.
On doit Le couvent et son église à la soeur Anne-Victoire Pillon, religieuse de la Visitation. Sans doute elle n’imaginait pas qu’elle abriterait une prison de femmes.
Ces éléments intérieurs étant classés, au même titre que les façades corinthiennes et les toitures.
« L’intérieur est de style Régence avec une vaste coupole centrale répandant sa clarté sur deux brefs transepts ornés en style Louis XV.
La grande lanterne visible de l’extérieur est une sorte de grand casque abritant une quinzaine de petites cloches.

L’intérieur de l’édifice est extrêmement clair du fait de sa coupole comprenant de nombreux ornements.
Son plan suit une croix latine d’environ 30 mètres sur 16 alors qu’un dôme de style XVIIIe s’élève à quelque 40 mètres au-dessus du niveau de la rue.
La nef est éclairée de quatre grandes fenêtres tandis qu’elle se divise en quatre grandes travées à voûtes d’arête.
L’escalier actuel a été construit en 1861 afin de convenir au dénivelé de trois mètres apparu lors du percement de la rue Gambetta.
copyright AGW
dans la galerie les commerçants vous attendent
iphaine Lalande Trangé, « La Sirène » pour la place de la sirène dans le centre ville.
exercice pour une peinture décorative.copyright AGW

rendez vous en 2020 pour la finalisation de cette réhabilitation.