MAMERS FAIT SON CINEMA EN MARS

#reportage #communication #documentation #événementiel #photosdeproduits #portraits #booksmannequins #mariage

Traditionnellement chaque année la ville de Mamers fête le cinéma et 2019 n’a pas manqué à la règle avec la présentation le week-end dernier de la 29ème édition du festival.

Lieu choisi pour cette manifestation tant attendue des amateurs du 7ème art comme du grand public l’Espace Saugona qui dès vendredi et jusqu’à dimanche à offert une programmation comprenant dix films long-métrages et quinze courts métrages. Une belle manière de satisfaire les plus exigeants car il y en avait pour tous les goûts.

Deux avant-premières

Les festivaliers ont aussi pu découvrir en avant-première deux films français : « Raoul Taburin » de Pierre Godeau avec Benoit Poelvorde en ouverture, en présence du réalisateur et « Qui m’aime me suive » ide José Alcala avec Daniel Auteuil et Catherine Frot, film qui a clôturé le festival dimanche soir à 19 heures.

Frédéric Beauchef, maire de Mamers depuis 2014

A l’heure de la réalité virtuelle

A la veille d’un anniversaire, le trentenaire du festival, les organisateurs ont aussi voulu offrir une belle surprises aux spectateurs en leur permettant de découvrir gratuitement le cinéma en réalité virtuelle avec la projection de « Fan Club », premier film français réalisé avec cette technique et ce grâce à des casques de réalité virtuelle mis à la disposition des cinéphiles.

Des ateliers gratuits pour les enfants

Autre initiative à saluer, l’organisation par des animateurs expérimentés d’ateliers pour les enfants.

Véronique Rivron, présidente du Centre culturel de la Sarthe

Palmarès du festival

Dimanche soir a aussi été l’occasion de rendre public le palmarès du festival. Les récompenses suivantes ont été attribuées :

  • Prix du public du court-métrage au film « La purge » de Jordan Goldanel (France)

* Prix du public du long métrage au film « Ne tirez pas » de Stijn Coninx (Belge)

Rendez-vous maintenant l’année prochaine pour la 30ème édition de Mamers en Mars.

Crédit photos : François Jouanneaux