SHOOTING AU CHATEAU D’ALICE

Depuis hier François Jouanneaux, photographe collaborateur à West News, installé à Mamers présente sa deuxième exposition photo au Mans sous forme de reportages-portraits à travers trente-quatre clichés. A inscrire dans votre agenda des sorties culturelles du moment.

L’exposition intitulée « Le château d’Alice » est consacrée à la sauvegarde et la mise en valeur du château du Haut-Buisson situé à Cherré, près de la Ferté-Bernard. L’édifice qui nécessite des travaux de rénovations à attiré l’attention de Stéphane Bern et l’expo a été élaborée en collaboration avec l’association de sauvegarde du château, en particulier sa présidente Nadine Rinche. Les superbes clichés de François Jouanneaux sont à découvrir au restaurant des Quinconces/Pathé des Jacobins, tous les jours jusqu’au 18 mars. Nous vous en offrons ici un aperçu.

La princesse de Monaco y recevait avec faste …

Peu de sarthois savent que cette folie de style néo-Louis XV, bâtie en 1847,  a été la propriété d’Alice Heine, princesse de Monaco et que celle-ci recevait avec faste toutes les personnalités de son temps dont le célèbre écrivain Pierre Loti, par ailleurs ancien officier de marine auteur notamment de « Pêcheur d’Islande ». Nous recommandons à ceux qui voyageront à Istambul d’aller sur les hauteur du Bosphore où un célèbre café porte son nom et d’où on a une vue panoramique sur la ville et son fleuve.

… notamment l’écrivain Pierre Loti

Gabriel-Louis Pringué rapporte que déjeunant en juillet 1913 au château du Haut-Buisson « Pierre Loti avait la figure fardée de rose et portait pour se grandir des talons échasses. Dans son étrange visage luisaient des yeux admirables couleur d’aigue-marine, d’une profondeur mystérieuse voilée d’inquiétude. Ce regard lointain comme perdu dans un rêve, était troublant. Il parlait peu, mais quand il narrait, il le faisait avec la poésie colorée, inimitable qui rappelait ses livres prestigieux dont le charme appartient à l’éternité ».

Quand la princesse cultivait les orchidées

Le même Gabriel-Louis Pringué rapporte encore à propos de ce château situé sur la commune de Cherré que «  les serres étaient magnifiques et la princesse Alice y cultivait des orchidées roses dont la reine Alexandra (d’Angleterre) lui avait fait parvenir de Sandringham ».

Propriété de la Sorbonne puis de la commune de Cherré

Depuis cette époque l’édifice à connu des fortunes diverses, d’abord légué, au décès de la princesse en 1925, aux universités de Paris pour y créer un laboratoire de biologie végétale, mais par la suite le site à été laissé à l’abandon. La commune de Cherré l’a alors racheté à la Sorbonne pour y créer un parc médiéval mais qui n’a pas vu le jour et aujourd’hui son intention est de restaurer le parc et les maisons qui s’y trouve pour créer une zone de loisirs.

Un shooting photo dans la « folie » du XIX ème siècle

C’est dans ce cadre chargé d’histoire que François Jouanneaux a réalisé un shooting destiné à une exposition itinérante ayant pour but de communiquer autour de la rénovation de cette « folie », nom que l’on attribuait aux résidences princières en raison de leurs extravagances architecturales. En voyant ses photos avec son jeune modèle on aurait presque l’impression de sentir dans les lieux la présence de la princesse Alice. Tel est la ballade littéraire sur fond de sujet romantique que West News voulait vous présenter dans son magazine 7 aujourd’hui pour accompagner votre week-end à l’approche du printemps. Que voulez-vous il y a au sein de la rédaction des âmes un peu fleur-bleue. Oui, Oui, je confirme que cela existe encore.

Jean-Yves Duval

Vernissage de l’expo Jeudi soir au Mans