« LE CHANT DU LOUP », A VOIR AU CINEMA

Le cinéma français ne nous a pas habitué à des films de ce genre plutôt à l’apanage des américains et pourtant Antonin Baudry, adepte du cinéma d’action de Hong Kong a réussi une véritable performance avec ce film dont l’action se déroule à bord d’un sous-marin nucléaire lanceur d’attaque (SNLE)

Les oreilles d’or

Dans ce film d’une heure cinquante cinq magnifiquement interprété par Reda Kated (le commandant), Omar Sy (le second), Mathieu Kassovitz (l’amiral des forces sous-marines) et François Civil le jeune sous-marinier chargé d’identifier les sons qu’il entend (l’oreille d’or), l’histoire un véritable thriller. Action et suspense garantis autour d’un casting musclé.

Le pitch

« Le chant du loup » est le signal qui retentit à bord lorsque l’oreille d’or détecte le bruit d’un navire de guerre adverse. Signal de danger imminent qui peut être celui d’un moteur, d’une hélice. Encore faut-il ne pas se tromper dans l’identification de la cible et c’est toute l’histoire de ce drame qui va voir un équipage se jeter dans la gueule du loup par suite d’une interprétation erronée de l’opérateur incarné par le jeune acteur François Civil.

Une tragédie grecque

C’est comme ca que le réalisateur à défini son film, «  à cinq cent mètres sous la mer ». Et pour que les scènes soient le plus vraisemblable possible, les plus réelles, lui-même et les principaux acteurs n’ont pas hésité à s’embarquer à bord de submersibles de la marine nationale et à plonger dans les profondeurs afin de découvrir la vraie vie à bord d’un sous-marin où les hommes doivent vivre durant plusieurs mois dans un espace confiné et parfois dans l’angoisse du danger. Les images sont superbes à l’intérieur comme à l’extérieur du sous-marin et dès les premières images le spectateur est plongé dans l’action. Découverte d’un monde à part en compagnie d’hommes de guerre qui ont une mission de paix car dissuasive.

Enorme tension

Dans un sous sous-marin nucléaire les hommes jouent leur vie et ne trichent pas. Nous avions eu un aperçu de cette existence hors-norme lorsque les et 10 novembre derniers nous vous avons présenté la vie exaltante du sarthois, Pierre Leroy, commandant du SNLE « Le Rubis ». A l’heure où « Le chant du loup » sort sur nos écrans au cinéma Pathé Gaumont des Jacobins, il est intéressant de relire ce témoignage exceptionnel. Et d’aller voir le film pour se faire une petite idée de ce que lui et ses hommes vivent en réalité, même si avec cette fiction Antonin Baudry maintient le spectateur en apnée durant … 115 minutes.

Jean-Yves Duval